Vous êtes actuellement sur le site de l'UPE de Bischwiller

Le mot du président de
l'Université populaire européenne

L’université populaire européenne aura bientôt à Strasbourg une histoire séculaire. Elle est issue de la volonté de quelques grands universitaires des années vingt du XXe siècle comme les historiens Marc Bloch et Lucien Febvre ou le géographe Henri Baulig, d’aller vers un large public avide de connaissances, au delà des murs de l’Université de Strasbourg. Le premier nom de baptême de l’université populaire fut « l’extension universitaire ». Elle a également été inspirée par les mouvements progressistes de la fin du XIXe qui visaient à dépasser les coupures qui ont pu s’opérer dans l’histoire entre les différentes strates de la société, certains diraient entre le peuple et les élites. L’éducation populaire visait à créer un espace éducatif ouvert à tous et sans finalité professionnelle, notamment pour permettre à ceux qui en éprouvaient le besoin de combler leur besoin de connaissances. Le mouvement de l’éducation populaire avait aussi pour ambition une société plus juste et plus égale. C’est en ce sens qu’on a pu dénommer les universités populaires, « cathédrales de la démocratie »

 

L’université populaire européenne de Strasbourg comme ses homologues est une utopie vivante : elle offre la possibilité d’apprendre pour le plaisir. Aucun préalable n’est requis, aucun examen n’est obligatoire. Prés de 10 000 cotisants saisissent chaque année l’opportunité de s’inscrire à l’un des 650 cours proposés à Strasbourg, Haguenau, Bischwiller ou Wissembourg. Ils expriment un intense besoin de culture et d’épanouissement par les formations de leurs choix. Le choix est vaste et varié. Pas moins de 14 langues sont enseignées. Des disciplines de bien-être comme le yoga et la méditation cohabitent avec la philosophie et l’histoire de l’art.

 

Véritables vitamines de l’esprit et du corps, les cours de l’UPE offrent un supplément de proximité et de convivialité auquel tous les auditeurs se révèlent très vite sensibles. Le plus souvent les cours suscitent des relations intergénérationnelles et interculturelles où la cordialité et la richesse des échanges, estompent la rudesse des apprentissages universitaires. À l’heure des échangent digitaux et des réseaux sociaux, l’Université populaire est devenue un lieu de proximité réelle créant des rendez vous hebdomadaires souvent attendus, en sus de l’acquisition de savoir-faire et de connaissances nouvelles.

 

L’Université Populaire Européenne est une association qui a porté à sa présidence Richard Kleinschmager le 27 mars 2018. Universitaire comme tous ses prédécesseurs, il a succédé à Lucien Braun qui a tenu les rênes de l’Université Populaire Européenne pendant 34 ans et profondément inspiré son développement. Le bureau actuel de l’Université Populaire Européenne est composé de Nicole Habermacher et Alain Grewis, vice-présidents, Louis Schalck, secrétaire général et David Burns, trésorier. Les sites externes à Strasbourg sont dirigés par Emmanuel Foreau à Haguenau, Véronique Kratz à Bischwiller et Nicole Habermacher à Wissembourg. Avec les quelques 300 enseignants de toutes les disciplines de l’Université Populaire Européenne, ils oeuvrent au soutien d’une ambition plus importante que jamais : offrir la possibilité d’un développement personnel et collectif par l’acquisition libre de nouveaux savoirs.

 

Richard Kleinschmager
Président de l’Université Populaire Européenne

En poursuivant votre navigation sur les sites UPE, vous acceptez le dépôt de cookies pour optimiser votre navigation, vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d'intérêt et mesurer la fréquentation de ces sites.


Accepter     En savoir plus et paramétrer vos préférences